Archives par étiquette : dentelle

Echarpe au point de vagues

Le point utilisé pour cette écharpe s’appelle en anglais « Feather and Fan », et c’est un des points traditionnellement utilisé dans les écharpes en dentelle des îles Shetland. Sur la photo, j’ai tricoté avec un numéro d’aiguille « normal » par rapport à mon fil, mais pour un effet arachnéen, on peut prendre un fil très fin et des aiguilles très grosses (4 à 6 mm).
Les étoles des îles Shetlands sont tricotées avec des laines unies, et alternent plusieurs coloris. Les laines utilisées ont les couleurs naturelles des moutons.

Ici j’ai utilisé un fil filé main, qui présente une alternance de couleurs grâce au retors navajo.

Laine teinte et filée à la main. Création personnelle.Explication

Echarpe en laine à rayures automatiques, teinte et filée à la main.

Continuer la lecture

Montage type « dentelle »

Ce montage est celui que ma mère m’a appris ; Sharon Miller l’a utilisé pour son célèbre châle « Birch ». L’avantage de ce montage est qu’il n’y a pas besoin de calculer la longeur de fil nécessaire pour le faire, on démarre directement depuis le début de la pelote.

Bloquer un tricot

L’expression « bloquer un tricot » vient du mot anglais « block ». C’est donc un anglicisme. On pourrait dire aussi « mettre en forme un ouvrage », ce qui correspond mieux à cette opération.

On peut bloquer un ouvrage en dentelle pour lui donner sa forme définitive en terme de taille, un jacquard pour rendre le point plus régulier, une  bordure qui a tendance à roulotter pour l’aplatir…

Important : le blocage n’est vraiment efficace que pour de la pure laine ou autre fibre d’origine naturelle.

L’effet du blocage est particulièrement spectaculaire sur des ouvrages en dentelle, tricotés avec une laine fine, et des aiguilles relativement grosses (ici, une laine qui mesure 370 m. pour 50 gr, et des aiguilles 4,5 mm).

Un châle avant le blocage

Un châle avant le blocage

le même après le blocage

le même après le blocage

L’opération est plutôt simple, et il existe plusieurs façons de procéder :

  • la manière la plus « traditionnelle » : l’ouvrage est lavé, légèrement essoré, et on le fait sécher selon les dimensions souhaitées. Il existe des formes sur lesquelles on peut épingler un châle, des chaussettes, des bérêts. Le « Wooly Board » sert initialement aux pulls Fair-Isle, mais convient tout aussi bien pour les norvégiens et irlandais. L’ouvrage, en séchant, épouse la forme qu’on lui a donné et la conserve ensuite.
  • la méthode plus « moderne » et que j’utilise parce que je n’ai pas la patience d’attendre, consiste à  faire passer de la vapeure au-dessus de l’ouvrage. Position « pressing » du fer à repasser (à défaut d’avoir une centrale vapeur), le fer est à quelques centimètres au-dessus de l’ouvrage. La vapeur chaude humidifie la laine et permet le blocage manuel de l’ouvrage. Éventuellement sur les zones où il n’y a pas de point mousse ou de côtes, on peut poser le fer sur le tricot, sans frotter.